Abaisser : (v) (géométrie) tirer une droite, une perpendiculaire d’un sommet vers un côté.

Deux dessins fait en symbiose avec la ravissante Pénélope.

Dans chaque, l’un de nous a fait le crayonné tandis que l’autre s’est occupé de la mise en couleur, à l’aquarelle s’il vous plaît.

A vous de découvrir qui a fait quoi sur chaque dessin !

Les inséparables..

Envolée de flamant rose..

 

(quelque chose me chiffonne sur chaque dessin, dont je suis la cause..c’est bigrement gênant !)

 

Pokémon

Bonjour à tous ! 🙂 J’espère que ça va bien pour vous, moi c’est cool, en plus il fait beau, bref la grande joie… Voilà pour les politesses, passons maintenant au sujet de cet article, j’ai nommé :

Les Pokémons !

Je suppose que tout le monde connait, ou à défaut a déjà entendu parler des pokémons… Pour résumer, il s’agit de bestioles assimilables à des animaux, dotées d’affinités avec des ‘Type’ (par exemple : Feu, Eau, Plante, Roche, Psy, Dragon…) ce qui leur confère divers pouvoirs. Dans l’univers qui tourne autour de ces pokémons, on y trouve principalement des dresseurs de pokémons, qui passent leur vie à les capturer, à les entraîner et à les faire se battre entre eux… Très sain comme occupation, je ne vous le fait pas dire.

Alors concrètement, dans pokémon ya la série animée et les jeux vidéos.
La série, c’est sympa cinq minutes, mais ça devient vite long. Si jamais il vous prenait l’envie abracadabrantesque et biscornue de la regarder, voir la première, allez, les deux premières saisons suffit : au delà, c’est toujours la même chose, ya juste les pokémons et les personnages qui changent. Bon après c’est vrai, c’est plus un truc pour les gamins… Mais quand même !
Ensuite les jeux vidéos. De différents types, les plus connus sont sans conteste les versions game boy où il fallait se frayer son chemin jusqu’au titre de meilleur Maître Pokémon, en capturant et entraînant ceux qui vous plaisaient. De très bons jeux, mais bon si après vous êtes pas nostalgiques, je peux plus rien pour vous…

Togepi

Bon, yaurait encore plein de choses à dire sur ce sujet, mais pour ça il y a déjà ‘cette vidéo très bien faite‘, qui vous résumera la chose. Non, moi ce qui m’intéresse ici, ce sont plutôt les points suivants :

Tauros

-Les gens dans Pokémon, qu’est ce qu’ils mangent ? Parce que oui, dans les dessins animés on les voit manger des boulettes de riz, des fruits et des légumes, peut être même de la viande et des oeufs, je me souviens plus bien. Et justement, s’ils mangent viande et oeufs, de quoi et d’où proviennent-ils ? Parce que je ne me souviens pas avoir déjà vu un animal conventionnel dedans, donc il y a fort à parier que les pokémons sont les animaux de leurs univers. Donc à moins que les gens soient végétaliens, ils mangent de la viande et des oeufs de pokémons. Là où ça ne colle pas trop, c’est que vous avez vu à quel point ils sont proches des pokémons : jamais à leur faire de mal (à part pendant les combats, mais ça ça compte pas), pas de cruauté envers les pokémons (sauf quelques tarés de temps en temps, mais ça reste exceptionnel), enfin bref, c’est pas cohérent… Du coup, et c’est à vous que je pose la question à vous, chers lecteurs, que conclure ?
Moi personnellement, je pense qu’en fait ils mangent bien du pokémon (mais attention, pas n’importe lequel hein, pas du Grotadmorv qui pue, mais plutôt un bon steak de Tauros :p), mais que pour ne pas faire peur aux petits enfants et ben c’est caché.

Grotadmorv

-Autre souci ayant rapport avec la nourriture, c’est les oeufs et le lait. Depuis la deuxième génération de pokémons, on sait de source sure que les pokémons sont ovipares (càd qu’ils pondent des oeufs), avec notamment l’histoire de Togepi ou tout simplement la reproduction des pokémons via la Pension (vous mettez deux pokémons ensemble pas trop différents, allez faire un tour, et pouf ! Un oeuf…). Du coup ils ont des oeufs à manger, même si ça reste assez peu moral… Je dis ça parce que, bien que je compare les pokémons à des animaux, ils ont quand même des sentiments, voire une certaine intelligence. Et pis ils sont attachants, non ? Du coup, des oeufs. Donc pas de lait. Or on les voit régulièrement boire du lait (et plus précisément, dans un épisode avec des pokémons vache, du lait d’Ecremeuh). Comment un pokémon peut pondre des oeufs et fournir du lait à la fois ? Est ce c’est un mammifère ou un ovipare ? Ou les deux ? Là encore, public, je m’en réfère à votre opinion…

Ecremeuh

-Est ce que les pokémons meurent ? Non parce que, déjà les humains ont du mal à mourir dans la série animée (notamment la Team Rocket), mais alors les pokémons c’est une autre paire de manche. Et pourtant, il devrait y avoir une sacrée mortalité : entre les pokémons sauvages qui se tapent dessus, et les autres dressés pour le combat. Alors oui un combat s’arrête lorsque l’un des protagonistes est KO, mais n’allez pas me faire croire qu’une attaque Tranche, Déflagration ou Fatal Foudre met seulement le pokémon KO. Normalement il devrait être découpé, carbonisé et électrocuté au 5e degré après ça, et donc par extension plutôt mort… Or là rien du tout, ils vont au centre pokémon, et hop, comme neufs.
Ah si, il y a bien le cas de Salamèche, dont l’extinction de la flamme au bout de sa queue provoque la ‘mort’, mais bon, on est jamais allé jusque là.
Donc moi je pense que, pareil que pour la nourriture, ils meurent mais que pour ménager la sensibilité des plus jeunes on fait comme si en fait non… Mais si vous avez une autre hypothèse à me proposer, par exemple pour expliquer leur immortalité, je suis très preneur 🙂

Salamèche

Bon après ya plein d’autres soucis, comme les lois de la physique qui ne sont pas souvent respectées, mais bon on va pas en faire tout un drame. Mais si vous avez des questions, des incompris sur les pokémons, venez les exposer ici, on tachera d’y trouver une solution !

Voilà voilà, bonne nuit !

Abaisse : (nf) (pâtisserie) pâte amincie à placer dans le moule

Voici le royaume de la feuille. Dans un désert sans pitié, toute l’énergie nécessaire a la vie c’est concentrée en un point, où a poussé un arbre titanesque.

Il y a aussi de gros insectes, mais on les voit pas sur le dessin. Purée ça va être le bazar cette histoire, nom d’une pipe !

Bien sur, les hommes ont une taille normale, disons qu’ils sont arrivés après la croissance de l’arbre. J’aime autant, parce que sinon, les premiers ils se seraient bien fait chier avec un petit arbre géant en attendant qu’il pousse, alors ça, c’est bien moi qui vous le dit les amis.

Tartiflette (maison, hein !)

Alors on est en hiver (en plus il commence à faire froid maintenant), et du coup faut bien manger pour garder la pêche. Ca tombe bien, je sais justement cuisiner un plat de saison (c’est d’ailleurs la seule chose que je sais cuisiner, donc vous attendez pas à d’autres conseils culinaires…), et je vais vous en faire part :

Donc, comme c’est dit dans le titre, je vais parler de Tartiflette, très bon plat qui nous vient de Savoie. Maintenant ça ne sera pas une vraie recette (parce que pour ça il existe des livres de cuisine) : ça n’aurait que peu d’intérêt… Non, je vais plutôt vous raconter comment moi je la fait (du coup les puristes, pas la peine de râler, je sais très bien que c’est pas une vraie Tartiflette traditionnelle, mais je l’appelle comme ça pisque ça n’a pas d’autre nom).

Donc déjà, le matériel :
-Un four (et ça c’est le plus chiant, surtout pour un étudiant…)
-Un plat à gratin qui va dans le four (pas aisé non plus, mais en général les mamans en ont)
-Un couteau (qui coupe bien, ça peut servir)
-Casserole et poêle, et la plaque à chauffer qui va avec (je détaille, mais des fois que y’en ait qui auraient l’idée saugrenue d’en faire en camping…)

Ensuite les ingrédients : en deux parties, ceux de la recette d’origine, et ceux que j’utilise en vrai (ben oui, parce que c’est une recette empirique et donc évolutive… Et aussi c’est chiant de faire toujours la même chose à la lettre) :
-A l’origine dans une Tartiflette ya : des patates, oignons, lardons, reblochon, (crème), vin blanc, poivre
-et j’y ajoute : champignons, (herbes de provence), (autres fromages)…
Alors la crème j’en met pas, parce que ya pas besoin : c’est déjà assez gras comme ça, et assez liquide et goutu aussi… Les herbes de provence c’est assez récent, ça rajoute du goût (après faut que j’essaye avec d’autres herbes et épices !). J’ai déjà essayé avec du chèvre en plus du reblochon, mais on sent pas trop le goût… A peaufiner.

Pour les quantités… Ben je saurais pas vous dire : je suis super mauvais en proportions, et pis la plupart du temps j’ai pas de balance, alors bon… Du coup, voyez à peu près combien de pommes de terre vous pouvez mettre dans votre plat, ne lésinez pas sur les oignons (ça réduit à la cuisson), genre un par personne… Enfin débrouillez vous quoi ! Je vais quand même pas vous mâcher tout le travail :p

Enfin, la partie que vous attendez tous : comment faire ?
-Tout d’abord, mettre les patates à cuire (remplir une casserole d’eau, mettre les patates dedans, et chauffer). Vous pouvez les éplucher ou non (moi je préfère ne pas le faire, déjà parce que c’est chiant, et ensuite parce que ça change pas grand chose…), et ça cuit plus vite si vous les coupez déjà en rondelles (d’autant plus qu’il faudra le faire plus tard, et à ce moment les patates seront brûlantes, donc à vous de voir) Pour vérifier la cuisson, plantez un couteau dans une pomme de terre, soulevez-là et si elle glisse le long du couteau, c’est qu’elle est cuite.
-Pendant que ça cuit, mettre le four à préchauffer. Couper les oignons (moi je les coupe en tout petit bout, mais après pour ce que ça change…), les mettre à cuire dans la poêle en même temps que les lardons et les champignons. Il faut régler le feu pour que ça se finisse en même temps que les patates (grosso modo hein, c’est pas une science exacte non plus…)
-Toujours pendant que ça cuit, il faut ensuite s’occuper du fromage. Déjà le décroûter : par exemple sur un reblochon circulaire, enlever la croûte sur tout son périmètre, et ensuite le couper en deux au milieu (de façon à avoir deux disques de plus ou moins le même volume). Gardez les croûtes surtout !
-Quand les patates sont cuites, les couper en rondelles si c’est pas déjà fait, et sinon les disposer dans le plat. Le but c’est de faire des couches : une couche patate, une couche garniture (lardons/oignons/champignons), le tout en alternance. Entre chaque couche poivrer et herber de provence. Pour le nombre de couche, voyez suivant les quantités et la hauteur de votre plat.
-Sur la couche supérieure (idéalement des patates), mettre le fromage de façon à couvrir les plus de surface possible (d’où l’intérêt de le découper et décroûter préalablement)
-Finalement mettre au four jusqu’à ce que la croute commence à griller et que le fromage coule à l’intérieur de la tartiflette. Durant la cuisson, vous pouvez ajouter du vin blanc (c’est bon… :).

Servir chaud, et ça s’accompagne très bien de salade verte..

Voilà, voilà, je vous ai tout dit (ou presque, je garde pour moi mon ingrédient secret quand même, faut pas abuser :p), à vous de jouer !
Et pour les habituels sceptiques, je tiens à préciser que cette recette à déjà fait ses preuves…

Bonne nuit !

PS : J’ajouterais sûrement des photos à l’article, mais là je peux pas : on l’a mangée trop vite… 😉

Abaissable : (adj) pouvant être humilié, dégradé.

Voila le deuxieme lieu que j’ai dessiné. C’est le royaume des gens qui vivent sous l’emblème de l’eau je dirait. Bon, par contre, ils vivent dans une nuit totale, seules les étoiles produisent de la lumière de manière continue. D’où la couleur du ciel. Les nuages sont jaunes, surement du souffre en suspension.

Oui, la ville est sur une cascade infinie, parce que l’autre citadelle était en surplomb de chutes d’eau infinies, imaginez un trou de ver entre les deux. Hum, il est vrai aussi que l’accès est problématique, je pense que les habitants de cette charmante bourgade chevauchent des poulpes ou des harengs pour accéder a leur demeure. C’est assez coule je trouve.

 

Deux mille douze

Allez, histoire de satisfaire aux convenances, un ‘tit message pour souhaiter la bonne année à tout le monde… Donc Bonne Année à Tous (enfin, seulement pour ceux qui lisent, et avec une mention ‘Bonne Santé’ à ceux qui laissent des commentaires :p), qu’elle vous soit propice et agréable.

Mais bon, on va pas faire un article juste pour ça, ce serait bête, non ?
Donc venons en plutôt au fait qui m’intéresse. On arrive en 2012, et qu’est ce qu’elle a de spécial cette année ? 2012, l’année de la binouze ? Oui mais non… Quoi ? 2012, l’année de la partouze ? Presque, mais c’est pas encore ça, continuez… Ah, j’entends murmurer au fond… Oui, c’est bien ça : la Fin du Monde !
Eh oui, on va quand même pas laisser passer ça 😉

Du coup je me suis un peu renseigné car n’étant, bien que friand, pas très au fait de toutes ces élucubrations tout justes bonnes à concentrer l’attention de l’humanité sur autre choses que les magouilles politiques et autres manoeuvres du côté obscur… et voici donc ce que j’ai découvert :

D’un côté le calendrier maya annonce une fin de cycle (et qui dit fin de cycle dit début d’un nouveau, et donc changements massifs entre les deux) pour le 21 décembre 2012. On peut trouver aussi une version comme quoi cette fin du monde serait plutôt le 12 décembre (eh ben oui, 12/12/12, ça pète !), mais bon, c’est pas ce que les mayas ont noté. Ils sont en cela appuyés par une méconnue prophétie du culte celte qui prédisait un bain de sang à Londres pour l’été 2012 (en guise d’apéritif, quoi…). Or justement, qu’y a t-il à Londres l’été prochain ? Les JO, bien sur ! Et qu’elle meilleure occasion que les JO pour faire un petit attentat qui dégénère ? Voilà, tout ça pour dire que même si c’est somme toute peu probable, ce n’est pas totalement incohérent.

Maintenant, de l’autre côté les mayanistes (ceux qui pratiquent le mayanisme, ce qui veut dire qu’ils étudient la civilisation Maya -accessoirement chose que l’on peut faire en jouant à Age of Empires II :p), qui s’appuient sur une erreur de conversion entre les deux calendriers (comme quoi ça n’arrive pas qu’en physique…) pour décaler la date de l’apocalypse 2 siècles plus tard, ce qui nous laisse un petit peu de temps.

Et enfin, pour conclure, deux choses : tout d’abord ce n’est pas parce qu’un ‘changement de cycle de vie’ est prévu que ce sera une fin du monde : ça se trouve, yaura juste la terre qui se mettra à tourner à l’envers et pis c’est tout… (d’ailleurs ça pourrait être très drôle 🙂 Et aussi : qu’il y ait apocalypse ou pas, ça reste quand même, autant voire plus que les autres, une année dont il faut profiter, car personne ne sait ce qu’il se passera le jour d’après…

Aa : (nm) (volcanologie) coulée de lave non altérée à surface rugueuse.

Voila un dessin un peu crade. Les perspectives sont ignorées, les couleurs s’invitent chez elles et l’ensemble chromatique n’est pas homogène.

Sinon, il s’agit d’un lieux d’une histoire qu’on m’a demander de dessiner, donc je fait des dessins préparatoires. Notez les chutes d’eau infinies et le second soleil vert qui est un satellite en permanence au dessus de cette région.

Mais apparemment le dessin rend méga mieux en vrai. alors ça va.